Читать книгу «Cible Principale: L’Entraînement de Luke Stone, tome 1» онлайн полностью📖 — Джека Марса — MyBook.
image

 

 

 

CIBLE PRINCIPALE

 

 

(L’ENTRAÎNEMENT DE LUKE STONE, TOME 1)

 

JACK MARS

 

Jack Mars

 

Jack Mars est actuellement l’auteur best-seller aux USA de la série de thrillers LUKE STONE, qui contient sept volumes. Il a également écrit la nouvelle série préquel FORGING OF LUKE STONE, ainsi que la série de thrillers d’espionnage L’AGENT ZÉRO.

 

Jack adore avoir vos avis, donc n’hésitez pas à vous rendre sur www.Jackmarsauthor.com afin d’ajouter votre mail à la liste pour recevoir un livre offert, ainsi que des invitations à des concours gratuits. Suivez l’auteur sur Facebook et Twitter pour rester en contact !

 

 

 

 

Copyright © 2018 par Jack Mars. Tous droits réservés. Sauf dérogations autorisées par la Loi états-unienne sur le droit d’auteur de 1976, aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, distribuée ou transmise sous quelque forme que ce soit ou par quelque moyen que ce soit, ou stockée dans une base de données ou système de récupération, sans l’autorisation préalable de l’auteur.

Ce livre électronique est réservé sous licence à votre seule jouissance personnelle. Ce livre électronique ne saurait être revendu ou offert à d’autres gens. Si vous voulez partager ce livre avec une autre personne, veuillez en acheter un exemplaire supplémentaire par destinataire. Si vous lisez ce livre sans l’avoir acheté, ou s’il n’a pas été acheté pour votre seule utilisation personnelle, alors, veuillez le renvoyer et acheter votre exemplaire personnel. Merci de respecter le difficile travail de cet auteur.

Il s’agit d’une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les entreprises, les organisations, les lieux, les événements et les incidents sont le fruit de l’imagination de l’auteur ou sont utilisés dans un but fictionnel. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou mortes, n’est que pure coïncidence.

Copyright de l’image de couverture : Getmilitaryphotos. Cette image est utilisée en vertu d’une licence accordée par Shutterstock.com.

LIVRES DE JACK MARS

 

 

SERIE THRILLER LUKE STONE

TOUS LES MOYENS NÉCESSAIRES (Volume 1)

PRESTATION DE SERMENT (Volume 2)

SALLE DE CRISE (Volume 3)

LUTTER CONTRE TOUT ENEMI (Volume 4)

PRÉSIDENT ÉLU (Volume 5)

NOTRE HONNEUR SACRÉ (Volume 6)

MOTION MISE (Volume 7)

 

SÉRIE PROLOGUE LE FAÇONNEMENT DE LUKE STONE

CIBLE PRIORITAIRE (Volume 1)

COMMANDEMENT PRIORITAIRE (Volume 2)

 

SÉRIE D’ESPIONNAGE L’AGENT ZÉRO

L’AGENT ZÉRO (Volume #1)

LA CIBLE ZÉRO (Volume #2)

LA TRAQUE ZÉRO (Volume #3)

LE PIÈGE ZÉRO (Volume #4)

LE FICHIER ZÉRO (Volume #5)

LE SOUVENIR ZÉRO (Volume #6)

SOMMAIRE

 

 

CHAPITRE PREMIER

CHAPITRE DEUX

CHAPITRE TROIS

CHAPITRE QUATRE

CHAPITRE CINQ

CHAPITRE SIX

CHAPITRE SEPT

CHAPITRE HUIT

CHAPITRE NEUF

CHAPITRE DIX

CHAPITRE ONZE

CHAPITRE DOUZE

CHAPITRE TREIZE

CHAPITRE QUATORZE

CHAPITRE QUINZE

CHAPITRE SEIZE

CHAPITRE DIX-SEPT

CHAPITRE DIX-HUIT

CHAPITRE DIX-NEUF

CHAPITRE VINGT

CHAPITRE VINGT-ET-UN

CHAPITRE VINGT-DEUX

CHAPITRE VINGT-TROIS

CHAPITRE VINGT-QUATRE

CHAPITRE VINGT-CINQ

CHAPITRE VINGT-SIX

CHAPITRE VINGT-SEPT

CHAPITRE VINGT-HUIT

CHAPITRE VINGT-NEUF

CHAPITRE TRENTE

CHAPITRE TRENTE-ET-UN

CHAPITRE TRENTE-DEUX

CHAPITRE TRENTE-TROIS

CHAPITRE TRENTE-QUATRE

 

CHAPITRE PREMIER

 

 

16 mars 2005

14 h 45, heure afghane (5 h 15, Heure Avancée de l’Est)

Base Aérienne de Bagram

Province de Parwan, Afghanistan

 

 

— Luke, tu n’es pas obligé de faire ça, dit le Colonel Don Morris.

Le sergent de première classe Luke Stone se tenait au repos dans le bureau de Don. Le bureau lui-même se trouvait dans un Quonset amélioré en tôle ondulée, assez près de la nouvelle piste d’atterrissage.

La Base Aérienne était une source constante de bruits. Il y avait des engins de terrassement qui creusaient et qui pavaient, il y avait des ouvriers du bâtiment qui assemblaient des centaines de cabanes en contre-plaqué qui allaient remplacer les tentes dans lesquelles les troupes stationnées ici avaient vécu jusque-là et, comme si cela ne suffisait pas, il y avait des attaques au missile menées par les talibans à partir des montagnes environnantes et des kamikazes à moto qui se faisaient exploser aux portes du camp.

Luke haussa les épaules. Il avait les cheveux trop longs pour un militaire, une barbe de trois jours et une combinaison de vol sans indication de grade.

— Je ne fais que suivre les ordres, monsieur.

Don secoua la tête. Ses cheveux poivre et sel étaient coupés en brosse. Son visage avait l’air d’avoir été sculpté dans le granit, comme son corps entier, d’ailleurs. Ses yeux bleus étaient intenses et enfoncés dans leurs orbites. Seule la couleur de ses cheveux et ses rides indiquaient que Don Morris avait passé plus de cinquante-cinq ans sur Terre.

Don emballait le peu de choses qui se trouvaient sur son bureau dans des boîtes. Un des fondateurs légendaires de la Force Delta prenait sa retraite de l’Armée des États-Unis. Il avait été choisi pour lancer et gérer une petite agence de renseignements à Washington DC, un groupe semi-autonome au sein du FBI. Don disait que c’était une Force Delta civile.

— Arrête de m’appeler « monsieur », dit-il. Et puis, si tu suis les ordres aujourd’hui, alors, suis celui-là : refuse la mission.

Luke sourit.

— Je crains que vous ne soyez plus mon commandant. Ces jours-ci, vos ordres n’ont plus grande influence. Monsieur.

Don croisa le regard de Luke et le regarda longuement.

— C’est un piège mortel, mon garçon. Deux ans après la chute de Bagdad, les efforts de guerre menés en Irak sont un échec total. Ici, dans ce pays, nous contrôlons le périmètre de cette base, l’aéroport de Kandahar, le centre-ville de Kaboul et pas grand-chose d’autre. Amnesty International, la Croix Rouge et la presse européenne se plaignent tous de l’existence de sites noirs et de prisons de torture, notamment ici, à trois cents mètres de là où nous sommes. Les huiles veulent seulement qu’on raconte une histoire plus positive. Il leur faut une victoire en lettres majuscules. Quant à Heath, il veut plus d’honneurs. Il ne veut jamais rien d’autre. Rien de cela ne vaut la peine de sacrifier sa vie.

— Le Lieutenant-Colonel Heath a décidé de mener le raid en personne, dit Luke. On m’en a informé il y a moins d’une heure.

Don laissa retomber ses épaules puis hocha la tête.

— Ça ne me surprend pas, dit-il. Tu sais comment nous appelions Heath ? Le capitaine Achab. S’il a une obsession pour une chose, une baleine ou quoi que ce soit d’autre, il la poursuivra jusqu’au fond de l’océan et il n’hésitera pas à y entraîner tous ses hommes.

Don s’interrompit. Il poussa un soupir.

— Écoute, Stone, tu n’as rien à prouver, que ce soit à moi ou aux autres. Tu as gagné ton billet de retour. Tu peux refuser cette mission. Dans deux mois, si tu le veux, tu pourras même quitter l’Armée et venir me rejoindre à Washington DC. Ça me plairait bien.

Alors, Luke faillit rire.

— Don, ici, tout le monde n’est pas d’âge mûr. J’ai trente-et-un ans. Je ne pense pas qu’un costume-cravate et le déjeuner à mon bureau correspondent encore à mon rythme de vie.

Don prit une photographie encadrée dans ses mains. La tenant au-dessus d’une boîte ouverte, il la regarda fixement. Luke connaissait bien cette photo. C’était un cliché en couleur délavée de quatre jeunes hommes torse nu, des Bérets Verts, qui souriaient devant l’objectif avant de partir en mission au Vietnam. Don était le seul de ces hommes à encore être en vie.

— Moi non plus, dit Don.

Il regarda Luke à nouveau.

— Ne meurs pas là-bas ce soir.

— Je n’en ai pas l’intention.

Don jeta un autre coup d’œil à la photo.

— Personne n’en a jamais l’intention, dit-il.

L’espace d’un instant, il regarda par la fenêtre. Les pics enneigés de l’Hindou Kouch s’élevaient tout autour d’eux. Il secoua la tête. Sa large poitrine se leva et retomba.

— Bon sang, cet endroit va me manquer.

 

* * *

 

— Messieurs, cette mission est suicidaire, dit l’homme qui se tenait à l’avant de la salle, et c’est pour cela qu’on y envoie des hommes comme nous.

Luke était assis sur une chaise de camp dans la salle de briefing en parpaing gris et vingt-deux autres hommes étaient assis autour de lui. Ils étaient tous agents de la Force Delta, la crème de la crème. Quant à la mission, Luke comprenait qu’elle était difficile, mais pas forcément suicidaire.

L’homme qui donnait ce briefing final était le Lieutenant-Colonel Morgan Heath. En tant que commandant, il était terre-à-terre et tout feu tout flamme à l’extrême. Il n’avait pas encore quarante ans et il était clair que, pour lui, la Force Delta n’était pas l’aboutissement. Il avait atteint son grade actuel à toute vitesse et ses ambitions semblaient le mener vers un profil plus élevé : la politique, peut-être un contrat avec un éditeur ou même un passage par la télévision en tant qu’expert militaire.

Heath était beau, en très bonne forme physique et d’un enthousiasme sans bornes. Ce n’était pas inhabituel pour un agent de la Force Delta. Cependant, il avait aussi tendance à parler beaucoup et, ça, ce n’était pas du tout Delta.

Luke l’avait regardé à la télévision une semaine auparavant. Il avait accordé une interview à un journaliste et à un photographe du magazine Rolling Stone et il leur avait présenté les capacités furtives et de navigation avancées de l’hélicoptère MH-53J. Même si ce n’étaient pas forcément des informations classées secret, il était vraiment conseillé de ne pas les partager avec tout le monde.

Stone avait failli le lui reprocher, mais ne l’avait pas fait.

S’il ne l’avait pas fait, ce n’était pas parce que Heath avait un grade supérieur au sien, chose qui ne comptait pas dans la Force Delta, ou qui n’aurait pas dû y compter, mais parce qu’il imaginait déjà la réponse de Heath :

— Vous croyez que les talibans lisent les magazines populaires américains, Sergent ?

Maintenant, la présentation de Heath était le top niveau de la technologie d’il y avait dix ans, un PowerPoint sur fond blanc. Un jeune homme à barbe noire et en turban apparut sur l’écran.

— Vous connaissez tous votre homme, dit Heath. Abu Mustafa Faraj al-Jihadi est né aux alentours de 1970 dans une tribu de nomades de l’est de l’Afghanistan ou dans les régions tribales de l’ouest du Pakistan. Il n’a probablement reçu aucune éducation régulière et sa famille a dû souvent traverser la frontière comme si elle n’avait jamais existé. Il a le sang d’Al-Qaïda dans les veines. Quand les Russes ont envahi l’Afghanistan en 1979, il semble qu’il ait rejoint la résistance en tant qu’enfant-soldat, probablement à l’âge de huit ou neuf ans. Toutes ces années plus tard, après des décennies de guerre ininterrompue, d’une façon ou d’une autre, il est encore en vie. En fait, il est encore en super-forme. Nous pensons qu’il a organisé au moins deux douzaines d’attentats terroristes de grande envergure, dont les attentats suicides d’octobre dernier à Mumbai et le bombardement de l’USS Sarasota à Port d’Aden, dans lequel dix-sept marins américains ont péri.

Heath s’interrompit pour ménager ses effets. Il observa tout son public.

— Ce gars est une calamité. Si on le capture, ce sera presque aussi formidable que si on tuait Oussama ben Laden. Vous voulez être des héros, les gars ? C’est votre chance.

Heath cliqua sur le bouton qu’il avait en main. L’écran afficha une autre photo. Maintenant, il montrait une image partagée en deux. D’un côté du bord vertical, on voyait une vue aérienne du camp d’al-Jihadi juste à l’extérieur d’un petit village ; de l’autre côté, il y avait une restitution 3D de ce qu’on pensait être la maison d’al-Jihadi. La maison avait deux étages. Elle était en pierre et adossée à une colline pentue. Luke savait que le fond de la maison aboutissait peut-être à un réseau de tunnels.

Heath se lança dans une description du déroulement prévu de la mission. Deux hélicoptères, portant douze hommes chacun, se poseraient dans un champ juste à l’extérieur des murs du camp, déchargeraient les hommes puis redécolleraient et fourniraient du support aérien.

Les douze hommes de l’équipe A (celle de Luke et de Heath) ouvriraient une brèche dans les murs, entreraient dans la maison et assassineraient al-Jihadi. Si possible, ils porteraient le corps sur un brancard et le ramèneraient à la base. Sinon, ils le photographieraient pour l’identifier plus tard. L’équipe B tiendrait les murs et l’approche du camp à partir du village.

Alors, les hélicoptères atterriraient à nouveau et exfiltreraient les deux équipes. Si pour une quelconque raison les hélicoptères ne pouvaient pas atterrir à nouveau, les deux équipes se dirigeraient vers une vieille base de feu avancée américaine abandonnée sur une colline rocailleuse située à moins de huit cents mètres à l’extérieur du village. L’extraction aurait lieu à cet endroit, ou les équipes tiendraient l’ancienne base jusqu’à ce que l’extraction ait lieu. Luke savait tout ça par cœur, mais il n’aimait pas l’idée de se retrouver dans cette vieille base de feu.

— Et si cette base de feu est compromise ? dit-il.

— Compromise comment ? dit Heath.

Luke haussa les épaules.

— Je ne sais pas. N’importe comment. Piégée. Occupée par des tireurs d’élite talibans. Utilisée par des bergers pour garder leurs troupeaux.

Partout dans la salle, quelques gens rirent.

— Eh bien, dit Heath, nos images satellite les plus récentes indiquent que l’endroit est vide. S’il y a des moutons là-bas, cela fera de quoi dormir confortablement et une bonne réserve de nourriture. Ne vous inquiétez pas, Sergent Stone. Cette mission sera d’une précision chirurgicale. On arrive puis on repart. Quand on repartira, ils auront tout juste eu le temps de s’apercevoir qu’on est passés chez eux. Nous n’aurons pas besoin de la vieille base de feu.

 

* * *

 

— Madre de Dios, Stone, dit Robby Martinez, je la sens mal, cette mission, mec. Regarde cette nuit qu’il fait dehors. Pas de lune, du froid et le vent qui hurle. On va attraper de la poussière, c’est sûr. Ça va être l’enfer cette nuit. Je le sais.

Martinez était petit, mince, taillé à la serpe. Il n’avait pas un gramme de graisse sur le corps. Quand il s’entraînait en short et torse nu, il ressemblait à une représentation de l’anatomie humaine, où chaque groupe de muscles était soigneusement délimité.

Luke vérifiait et revérifiait son sac et ses armes.

— Tu as toujours de mauvais pressentiments, Martinez, dit Wayne Hendricks, qui était assis à côté de Luke. À t’entendre, on croirait que tu n’as jamais combattu.

Hendricks était le meilleur copain de Luke dans l’armée. Il était grand et musclé et venait des terres sauvages de la Floride centrale du nord. Dans son enfance, il avait chassé le sanglier avec son père. Il n’avait plus sa dent de devant droite, qui avait volé quand il s’était bagarré dans un bar de Jacksonville à l’âge de dix-sept ans et qu’il n’avait jamais fait remplacer. Avec Luke, il n’avait presque aucun point commun mis à part le football. Luke avait été quarterback de son équipe universitaire, Wayne avait été receveur rapproché. Pourtant, ils s’étaient entendus dès qu’ils avaient fait connaissance dans les 75èmes Rangers.

Ils semblaient tout faire ensemble.

La femme de Wayne était enceinte de huit mois. La femme de Luke, Rebecca, était enceinte de sept mois. Wayne allait avoir une fille et avait demandé à Luke d’être son parrain. Luke allait avoir un garçon et avait demandé à Wayne d’être son parrain. Une nuit, alors qu’ils avaient été ivres dans un bar à l’extérieur de Fort Bragg, Luke et Wayne s’étaient ouvert la paume de la main droite avec un couteau dentelé et ils s’étaient serré la main.

Frères de sang.

Martinez secoua la tête.

 

 

 

 

Премиум

2 
(1 оценка)

Cible Principale: L’Entraînement de Luke Stone, tome 1

Установите приложение, чтобы читать эту книгу

На этой странице вы можете прочитать онлайн книгу «Cible Principale: L’Entraînement de Luke Stone, tome 1», автора Джека Марса. Данная книга относится к жанрам: «Триллеры», «Современная зарубежная литература».. Книга «Cible Principale: L’Entraînement de Luke Stone, tome 1» была издана в 2020 году. Приятного чтения!